mont sulphur, banff

Les Rocheuses Canadiennes sont constitués de quatre parcs nationaux. Le parc national de Banff et le parc national de Jasper, les parcs les plus connus du pays, se trouvent en Alberta. En Colombie-Britannique, toujours dans les Rocheuses, on peut découvrir les parcs de Kootenay et Yoho. 

Comme on l’expliquait dans l’article sur l’Alberta, après Kananaskis Country, on est arrivé à Canmore. Notre point de base pour découvrir Banff.

Parcs Nationaux Rocheuses Canada

L’inconvénient des parcs nationaux ou provinciaux est qu’on ne peut pas y faire du camping sauvage. On avait pris l’habitude de ne pas aller dans les campings pour faire des économies vu qu’on peut être autonome. Les campings des parcs sont souvent complets en été. Il faut réserver longtemps à l’avance, ce qu’on ne voulait pas faire pendant ce road-trip. On a donc passé 6 nuits à Canmore en faisant des allers-retours dans le parc national. 

Les deux premiers jours, on a visité la ville de Canmore qui se situe en plein milieu des Rocheuses. Le cadre est magnifique. Le deuxième soir, on dormait sur un terrain bien penché et il a plu toute la nuit. On a eu une infiltration au niveau du lit, mais le lendemain matin, au réveil, les sommets étaient enneigées. C’était mon matin préféré, de la neige mi-août. 😀

Boucle du Lac Minnewanka

Pour notre premier jour à Banff, nous sommes arrivés de bonne heure. Le parking sur lequel on a le droit de rester garé toute la nuit, à Canmore, a une interdiction de stationner de 7h à 9h du matin. 

On est donc d’abord allé faire un tour avec le camping-car sur une boucle de 16 km pour tenter de voir des animaux et aussi pour voir de magnifiques paysages de lacs et forêts de sapins. À notre premier arrêt, on se gare, on sort, on marche un peu et là… un ours noir, un gros ours noir. On ne s’approche pas, même, on recule. Il est à une centaine de mètres, mais c’est vraiment impressionnant. 

Ensuite, on se dit qu’on va aller voir à un des campings s’il reste des places « Premiers arrivés, premier servis » mais on arrive trop tôt. À l’entrée, une ardoise indique des emplacements libres donc on entre pour vérifier, mais sans succès. En faisant un tour dans les allées du camping, on a vu un gigantesque wapiti au milieu des tentes et campeurs. On est vraiment chanceux, on aura aussi vu des mouflons et des biches ce matin-là.

On arrive ensuite au Lac Minnewanka, qui signifie « Lac des Esprits » dans la langue autochtone. C’est le plus grand lac du parc. 

La ville de Banff

À Banff, (la ville dans laquelle nous avons décidé de nous installer) nous avons tout d’abord visité le lieu historique national Cave et Basin (entrée incluse dans le parc découverte des Parcs Canada qui donne accès à tous les parcs nationaux du pays). C’est le lieu de naissance du projet Parcs Canada. Quand la cave, une source d’eau chaude, à été découverte à cette endroit en 1885, le Canada a décidé de créer le premier parc national du pays, le parc national de Banff, pour « protéger » la source d’eau chaude tout en l’exploitant. Aujourd’hui, cette source est vraiment protégée, mais à l’époque elle servait pour alimenter les bassins des thermes de Banff. 

Ce lieu historique national est vraiment un endroit magnifique où on peut en apprendre plus sur la création du parc, le rôle des parcs nationaux aujourd’hui et l’histoire des thermes de Banff qui fait de cette petite ville une destination touristique prisée. 

Banff est une ville de 9500 habitants, dont je pense plus de la moitié sont des étrangers qui sont venus pour travailler pour une saison ou plus, comme nous. 

La ville bénéficie du tourisme à l’année. 4.1 millions de visiteurs en 2017. L’été, ce sont les camping-caristes, van-lifers, voyageurs comme nous, des randonneurs, grimpeurs, cyclistes et toutes autres disciplines sportives de plein air.

En hiver, on fait place au ski, snow, raquettes, chiens de traîneau et motoneige. Les saisons creuses sont généralement octobre-novembre et mai-juin. À l’automne, la plupart des randonnées sont toujours accessibles jusqu’aux premières neiges qui laissent place ensuite aux raquettes. J’imagine que le phénomène est le même au printemps, on verra dans 6 mois. 🙂 

À Banff, nous nous sommes aussi baladés dans la ville et au bord de la rivière Bow, qui nous avait déjà tant plu à Calgary. 

Le mont Sulphur

Pour notre deuxième arrivée matinale dans le parc de Banff, on a profité du beau temps pour faire une randonnée et grimper le mont Sulphur. Cela nous permet de voir des paysages magnifiques sur la ville en contrebas ainsi que les montagnes à perte de vue aux alentours. Cette montagne est accessible par un téléphérique, mais nous préférions monter à pied. La montée prend 2 heures selon les indications, il y a un dénivelé positif de 655 mètres pour rejoindre l’arrivée du téléphérique. Ensuite, il reste quelques mètres d’ascension sur des passerelles et escaliers en bois pour monter au sommet du mont Sulphur. Nous avons pris 1h15 pour monter et 45 minutes pour descendre. Un bon décrassage !

Le Canyon Johnston

Le troisième jour, nous avons parcouru un bout de la Bow Valley Parkway, la route secondaire du parc pour ne pas rester sur l’autoroute Trans-Canada. C’est sur cette route qu’on imaginait voir le plus d’animaux dans ce parc, on a été assez déçu de n’en voir aucun. Cette route mène à plusieurs points d’intérêts du parc, ne pouvant pas tout faire, on a décidé de s’arrêter pour voir le Canyon Johnston. C’est LA randonnée accessible à tous, la plus populaire du parc. Ce n’était donc pas très agréable mais c’était au moins très beau.

Pierre-Adrien l’avait fait 10 ans avant avec ses parents, on a donc immortalisé le moment avec une photo avant-après.

Le Lac Louise et le Glacier Victoria

Après avoir fait un tour dans les parcs de Kootenay et Yoho, nous sommes revenus dans le parc national de Banff pour visiter Lake Louise. Nous avons passé 2 nuits sur le parking Overflow du Lac Louise pour les campings-car.

Le premier matin, nous avons été au Lac Louise pour la randonnée populaire jusqu’au Glacier Victoria. Comme on est parti de bonne heure, il y avait peu de monde et il faisait assez froid. Cette randonnée de 15 kilomètres est vraiment un incontournable du parc. À l’aller, il suffit de se retourner au fur et à mesure qu’on avance pour avoir une vue splendide sur le lac Louise et son château Fairmont. Après avoir passé le “Tea House”, on arrive sur le glacier et sans s’en rendre compte, on marche réellement au-dessus. C’est plus qu’impressionnant !

Proche du Lac Louise, il y a aussi le fameux Lac Moraine. On a décidé de ne pas y aller, car il y avait beaucoup de contraintes. La randonnée qu’on voulait faire pouvait être interdite d’accès à cause des ours qui sont souvent présents dans le secteur et il faut y aller en navette. Les places de parking sont peu nombreuses, alors l’accès aux camping-cars y est interdit. L’accès au lac est fermé en hiver à cause des risques d’avalanche, mais nous irons dès qu’il réouvre.

La chute du Glacier Bow

À quelques kilomètres au Nord de Lac Louise commence la Promenade des Glaciers, une route de 230 km qui relie le parc national de Banff avec le parc national de Jasper.

Avant de quitter le parc national de Banff, nous avons fait un dernier arrêt pour une randonnée au Lac Bow. Nous avons longé le lac jusqu’à la chute du Glacier Bow. 10 kilomètres pour aller voir la source de cette rivière qu’on trouve si belle depuis notre arrivée.

One thought to “Banff, parc national des Rocheuses Canadiennes”

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :