Pick-up aménagé

Lorsqu’on s’est installé à Banff au début de l’hiver en octobre 2019, on a acheté un pick-up pour pouvoir être mobile et mettre le camping-car au stockage en attendant de le vendre au printemps.

On n’a pas cherché très longtemps et on a acheté le premier pick-up qu’on a vu pour 1600 $CA. Il datait de 2000, avait déjà beaucoup de kilomètres et était bien rouillé. Il avait une benne de taille standard, 6,6 pieds (1,80 m) et une banquette arrière pliable avec des portes “suicide”. Cela créait un très grand espace de rangement sans retirer notre espace pour la conduite.

Jimmy

Acheter un pick-up et le faire assurer en Alberta, au Canada

Avant d’acheter notre pick-up, nous avons eu plusieurs rendez-vous avec des assureurs ou courtiers pour trouver une assurance auto.

C’était beaucoup plus cher qu’au Québec ! Au Québec, nous avons payé moins de 700 $CA pour assurer (au minimum) un camping-car de 26 pieds (+8 m) et de plus de 5 tonnes.

En Alberta, notre historique de conduite français n’était pas reconnu et nous n’avions pas encore 1 an de permis québécois pour que celui-ci compte. Ils nous ont aussi demandé de changer le permis québécois en permis albertain et donc payer un nouveau permis. On s’en est sorti pour 2200 $CA.

Immatriculation et inspection

Une fois la pilule avalée, nous sommes allés acheter notre nouveau véhicule. Là, il faut aussi payer pour l’immatriculation. Ensuite, vu que le véhicule avait plus de 10 ans, il fallait lui faire passer une inspection, comme un contrôle technique en France. Nous avons dû payer environ 3000 $CA supplémentaire pour faire réparer le véhicule et changer les pneus. Gros investissement !

Une semaine après avoir récupéré notre voiture de l’inspection avec tous nos papiers en règle, le pick-up est tombé en panne. L’arbre de direction s’est détaché en deux lorsque P-A rentrait du travail un soir. Le garage a pris en charge le remorquage et nous l’a gracieusement réparé. 

L’aménagement de la benne

Pour pouvoir aménager le pick-up pour y vivre, nous avons acheté un toit de benne (canopy) pour le pick-up. Nous cherchions un modèle plus haut pour avoir plus d’espace à l’intérieur. On en a trouvé un pour 600 $CA. 

Ensuite, nous avons construit, dans la benne, un plancher de manière à avoir deux tiroirs de la longueur de la benne pour du rangement. On a gardé notre matelas de camping-car qui était super confortable. Avec son angle, on a profité de l’espace pour faire une étagère.

Pierre-Adrien à tout fait avec des matériaux trouvé sur les chantiers de son (premier) travail et les outils prêtés par son entreprise et notre propriétaire.

Pour le reste, on a surtout utilisé ce qu’on avait dans le camping-car. Les tissus des rideaux, tout l’attirail de cuisine, le matériel de camping… On a seulement acheté un réchaud d’occasion et les bonbonnes de gaz, puis une glacière électrique d’occasion.  

Pour sécuriser nos rangements dans la benne, on a mis en place un système de loquet avec cadenas entre la porte de la benne et le plancher. 

La cuisine dans le pick-up

Pour installer notre cuisine, il nous suffisait de sortir le réchaud et la bonbonne de gaz. On posait le tout sur la queue de la benne. Avec une planche d’un côté et un tiroir ouvert de l’autre, cela permettait d’avoir un espace à l’abri du vent pour la cuisson.

Cuisine

On était aussi équipé d’une grille qui nous permettait de faire de la cuisson au feu de bois.

Les autres aménagements de notre pick-up

Dans notre maison à Banff, on a récupéré une grande moustiquaire qu’on a découpée et agrafée de manière à pouvoir se protéger des moustiques à l’intérieur de la benne. On pouvait aussi ouvrir une fenêtre pour aérer sans se faire piquer de partout. 

À l’intérieur de la partie avant du pick-up, on avait des boites de rangements avec la nourriture et les produits de toilette. La glacière électrique était branchait sur l’allume-cigare quand on roulait. On pouvait donc fermer à clé la nuit et éviter d’attirer des animaux sauvages.

Grâce aux portes « suicide », avec un rideau de douche, on pouvait avoir un espace douche pour faire notre toilette à l’abri des regards. Même si on était très souvent seuls sur notre spot de camping.

Enfin, on avait une grande bâche dont on se servait comme abris quand il pleuvait.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :