Voyage à Berlin en tant qu’accompagnatrice scolaire

[Toi] – Fin octobre 2017, je suis partie à Berlin pour chaperonner une cinquantaine d’élèves en classe de terminale de mon ancien lycée. Au départ de la région lyonnaise, nous avons fait le voyage de nuit en car pour arriver dans la capitale Allemande au petit matin et profiter pleinement de 4 jours entiers de visite.

Brandebourg, Berlin, Allemagne

Découverte plus approfondie de Berlin

J’étais déjà venue une fois à Berlin en 2015, lors de mon voyage Interrail, mais nous n’avions que très peu de temps et je n’avais pas vraiment programmé quoi que ce soit lors de ce bref séjour. J’avais seulement eu le temps de me balader entre la porte de Brandebourg et le Reichtag puis vers la East Side Gallery, là où le mur est peint.

Le premier jour de notre visite de Berlin, nous avons commencé avec un bon petit déjeuner très complet dans un restaurant appelé “Zum Paddenwirt” dans le quartier de Mitte près de Nikolai-Kirche, la plus vieille église de Berlin.

Eating German breakfast in Berlin – October 2017

Une publication partagée par Madeleine Eats a Lot (@madeleineeatsalot) le

Une fois le ventre plein, nous avons remonté la grande avenue Unter den Linden jusqu’à la porte de Brandebourg, puis vers le Mémorial de la Shoah.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après environ 6 km de marche pendant la matinée, nous nous sommes de nouveau arrêtés pour manger. 🙂

Nous avons déjeuné dans le restaurant “Kartoffelhaus” littéralement Maison de la Patate, un restaurant de spécialité allemande avec au menu le standard saucisse choucroute accompagné de … patates. 😛 C’était succulent !

Visite du Musée de la DDR

Pour notre première visite guidée, nous sommes allés au DDR Museum.

J’étais un peu perdue au début de la visite, ne sachant pas ce que voulait dire “DDR”, ou encore “GDR”, terme utilisé par notre guide anglophone. Il s’agit de la “RDA” en français, donc de la “République démocratique allemande” ou encore Allemagne de l’Est. Donc, il s’agissait du musée sur l’Allemagne de l’Est.

Le musée parle du mur, de la STASI (Police – Service Secret de la RDA) et de la vie quotidienne des Allemands en Allemagne de l’Est. Il compte de nombreux objets d’époque et des installations multimédias comme je n’en avais jamais vu auparavant (dans un musée). C’est au visiteur de faire son parcours et de découvrir ce qui l’intéresse dans le musée.

Malheureusement, nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour découvrir par nous-même, car nous avions un programme assez chargé. Cependant, notre visite était organisée avec un guide qui a su nous faire passer l’essentiel des informations. Il a pu nous interpeller sur les conditions de vie dans Berlin-Est et dans le reste de l’Allemagne de l’Est avec des anecdotes qu’il nous a racontées de sa vie personnel ayant grandi en RDA.

Après la visite du DDR Museum, nous sommes partis à pied sur plus de 7 km pour rejoindre notre auberge de jeunesse située plus à l’Est dans un quartier très étudiant, aujourd’hui.

Prison de la STASI

Le lendemain, nous avons quitté Berlin pour la journée, c’est donc le surlendemain que nous avons commencé notre journée avec la visite de la Prison de la STASI de Hohenschönhausen.

Prison STASI, Berlin, Allemagne

C’est aujourd’hui un mémorial où on peut visiter les cellules et les salles d’interrogatoires avec des guides qui sont souvent d’anciens prisonniers de cette même prison.

Pour des soucis de longueur, j’ai préféré parler plus en détails de la STASI dans un autre article que vous pouvez découvrir ici : [Zoom sur] La prison STASI à Berlin, Allemagne.

Mur de Berlin

Après la visite de la prison, nous sommes partis pour une visite guidée de presque 2h au mur de Berlin. En somme, une journée très chargée en émotion.

Le mémorial du mur de Berlin est un lieu particulier chargé d’Histoire et d’histoires. Cette visite fut fascinante et bouleversante grâce et à cause de notre guide. Malheureusement, prise par les émotions dès le début de notre visite, je n’ai pu prendre de notes. Et aujourd’hui, plus de 20 jours après, si j’essayais de relater de cette expérience, je ne lui ferais pas hommage.

Il s’agit d’un mémorial très intéressant, car on y voit tout, mais il faut savoir ce qu’on regarde. C’est pourquoi, je vous conseillerais de prendre un guide si vous voulez visiter cette partie du mur.

Palais des Larmes

Pour commencer notre dernier jour à Berlin, nous sommes allés visiter le Tränenpalast, traduit par le Palais des Larmes.
Ce bâtiment, accolé à la gare de Friedrichstrasse, était un poste-frontière pour contrôler les passagers entre l’Allemagne de l’Est et Berlin Ouest.

Les passagers pouvaient attendre des heures pour faire contrôler leurs passeports au poste-frontière. Parfois, ils apprenaient qu’on leur refusait l’autorisation de quitter le territoire, et donc qu’ils se retrouvaient bloqués à Berlin-Est, en RDA.

En plus des contrôles de papiers, les passagers se faisaient fouiller par les douaniers à la recherche de contrebande.

Dans ce lieu, se croisaient les cadres habilités à voyager à l’étranger, les expulsés, les retraités est-allemands et les citoyens ouest-allemands qui voyageaient à titre privé pour rendre visite à leur famille restée à Berlin-Est.

Tout le monde passait par le Tränenpalast, même les Allemands de l’Est qui tentaient de fuir la RDA passaient par ce poste-frontière. On se doute que quasiment toutes les tentatives de fuite aient échoué, mais cela n’arrêtait pas les habitants de Berlin-Est. Ils espéraient alors se faire arrêter en essayant de quitter la RDA pour être ensuite “rachetés” par l’Allemagne de l’Ouest.

Tranenpalast, Berlin, Allemagne

Excursion d’une journée à l’extérieur de Berlin

Comme dit auparavant, nous avons quitté Berlin pour notre 2ème jour de visite en Allemagne.
Nous sommes d’abord partis direction le nord, à Oranienburg pour visiter un camp de concentration. Puis l’après-midi, nous sommes descendus vers le sud-ouest pour visiter un château à Potsdam.

Mémorial et Musée de Sachsenhausen à Oranienburg

Sachsenhausen était un camp de concentration qui fut construit en 1936 dans une forêt, proche de la ville d’Oranienburg, sous l’ordre des SS.

Le camp est alors un modèle à dupliquer de part son architecture et ses installations. Il devient une école pour les SS, afin de former les commandants et les cadres pour les autres camps de concentration du pays.

Entre 1936 et 1945, plus de 200 000 personnes ont été internées à Sachsenhausen. Il s’agissait de détenus de droit commun ou encore d’opposants politiques. Puis à partir de 1938, le camp accueillit des personnes “dites inférieures” comme des Juifs. Un petit camp à l’intérieur du camp de concentration leur était même destiné.

Il y eu environ 80 000 morts qui succombaient à la faim, à leurs blessures, à des maladies ou encore au travail forcé. Certains furent victimes des exterminations.

Camp de concentration de Sachsenhausen, Oranienburg, Allemagne

C’est un camp gigantesque, aujourd’hui devenu un mémorial et un musée. On peut le visiter librement avec des audioguides dans plusieurs langues. Il faut cependant un certain nombre d’heures pour tout voir en écoutant tous les points de l’audioguide.

Nous avons donc passé une grosse matinée dans le camp pour se concentrer sur l’essentiel. Et voici ce qui m’a le plus marqué sur ce camp sachant que c’était la première fois que je visitais un camp de concentration :

Le petit camp des juifs

Sur 80 baraques (maison des détenus sur le camp) se trouvait le “petit camp” constitué de 2 baraques juives. Celles-ci étaient occupées par environ 1200 Juifs entre 1938 et 1942, après quoi ils ont été déportés à Auschwitz. Aujourd’hui, il y a un musée sur l’histoire des détenus juifs dans la baraque 38. Dans la baraque 39, on y trouve une exposition multimédia sur le quotidien des détenus sur le camp.

En 1992, le ministre Israélien est venu visiter le camp pour rendre hommage aux victimes juives. Les médias se sont alors emparés de l’histoire et les gens ont appris qu’il y avait un mémorial juif dans ce camp. À la suite de cela, un attentat criminel Néo-nazi a été perpétré sur ces deux baraques. Elles ont en partie brûlé et ont failli être entièrement détruites.

La station Z, où la sortie du camp

L’entrée du camp s’appelle la Tour A, et le lieu qui m’a le plus marqué est la Station Z. La station Z est aujourd’hui un lieu de commémoration pour les victimes de ce camp. A l’époque, c’était le lieu des fours crématoires et des installations de mise à mort. Juste à côté se trouvait la fosse d’exécution.

Le bordel disparu

De nombreux bâtiments du camp n’existent plus aujourd’hui, comme par exemple le bâtiment qui servait au bordel. Les femmes détenues dans le camp étaient obligées de se prostituer pour les SS ou pour les hommes détenus. Ces derniers pouvaient “se payer” la dame contre des bons reçus pour bon rendement lors des travaux forcés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Château de Cecilienhof et les accords de Potsdam

L’après-midi, nous sommes partis à Potsdam pour visiter le Château de Cecilienhof. Pour être très honnête, je n’ai pas retenu grand-chose sur ce château, ni sur sa princesse.

Chateau de Cecilienhof, Potsdam, Allemagne

Ce lieu est important, car il accueillit les grands dirigeants des puissances alliées. Ceux-ci fixèrent le sort des ennemis avant même la fin de la guerre entre juillet et août 1945. C’est là que Churchill, Truman et Staline ont trouvé un accord sur la répartition de l’Allemagne en 4 zones d’occupations post Seconde Guerre Mondiale.

Et c’est de là que l’Allemagne fut divisée jusqu’en 1989, jusqu’à il y a 28 ans. Seulement !

Une réflexion sur “ Voyage à Berlin en tant qu’accompagnatrice scolaire ”

  • 22 novembre 2017 à 16 h 00 min
    Permalink

    Merci pour ce récit Madeleine qui me rappelle de très bons souvenirs. Tu as pu retenir beaucoup d’informations que je n’ai pas enregistrées.

    Réponse

Laisser un commentaire