Toi & Moi au centre du Canada

Pour rejoindre l’Ouest du Canada, un passage dans les Prairies est obligatoire. Plutôt que de les traverser d’une traite sur l’autoroute, nous avons profité d’être lent pour prendre notre temps de « survoler » les deux provinces des Prairies : Manitoba et Saskatchewan.

road-trip-prairies

Manitoba : le début des Prairies et le centre du Canada

En arrivant depuis l’Ontario, sur l’autoroute en direction de Winnipeg, la capitale du Manitoba, l’arrêt obligatoire est le panneau qui marque le centre longitudinal du pays. On s’est bien amusé à photographier le camion devant 🙂

Centre du Canada, les prairies

Winnipeg

Nous nous arrêtions à Winnipeg principalement pour le musée de la monnaie, le Royal Mint, lieu où la monnaie canadienne est toujours frappée aujourd’hui, en plus de la monnaie de 70 autres pays.

Nous en avons aussi profité pour nous balader dans la ville et poser des questions aux locaux pour nous faire un avis sur la vie dans cette grande ville au milieu des champs de graines de moutarde.

Winnipeg, Manitoba

Le marais Oak Hammock dans les Prairies du Canada

Quelques kilomètres au Nord de Winnipeg se trouve le marais Oak Hammock, un centre de conservation de la faune et flore des marais des Prairies. On y est allés pour se promener une journée et observer des animaux. Malheureusement, il faisait tellement chaud que même les canards cherchaient l’ombre. Après s’être promené 15 minutes dans les hautes herbes du marais, on était couvert de tiques et d’araignées. On est donc rentré au pas de course jusqu’au camion pour pique-niquer à l’ombre. C’était tout de même une superbe visite, on a vraiment apprécié la partie intérieure du centre du marais.

Le parc national du Mont-Riding

Ce parc n’était pas du tout sur notre liste de choses à faire, mais comme nous n’étions pas très loin et qu’on ne voulait pas traverser la province par l’autoroute, on a fait un petit crochet supplémentaire. Sans regret, il nous est arrivé tellement de choses.

À notre arrivée en début de soirée, on tombe directement sur un ours qui se promène tranquillement à côté de la guérite du parc. C’est notre premier ours du voyage. 🙂

Premier ours sauvage du voyage

On dort sur une aire de pique-nique dans le parc, au bord d’un lac. C’est tellement paisible et on espère voir des animaux dans la soirée. Au lieu de ça, il pleut et on se ferra attaquer par les moustiques toute la nuit, il y en a des centaines dans le VR… Ils sont tellement petits, on ne sait même pas par où il entre dans le camion… Je ne ferme quasiment pas l’oeil de la nuit !

Moon Lake

Le lendemain, on est de bon heure à l’office du tourisme pour prendre les informations sur le parc et décider de ce que la journée nous réservera. Malgré la fatigue, on décide de partir pour une randonnée d’une douzaine de kilomètres pour tenter d’observer des animaux autour d’un lac, le Moon Lake.

Pas d’animaux, mais une randonnée dans une végétation tellement abondante. On est trempé par l’eau qui recouvre les plantes à nos pieds. Comme le sentier se trouve autour d’un lac, on imagine qu’on pourra pique-niquer sur un banc de sable ou de cailloux au bord de l’eau, mais il n’y a aucun endroit où on peut rejoindre le lac, on l’aperçoit à peine durant toute la randonnée. On termine aussi rapidement que possible puis on se pose pour manger à l’aire de pique-nique du parking. On met quand même les pieds dans l’eau pour se rafraîchir et Pierre-Adrien en ressort avec une sangsue. 😀

Bison Loop

Dans le parc national du Mont-Riding, on peut observer des bisons « à l’état sauvage » dans un enclos accessible par une route de gravier. On décide donc de faire cette boucle avant de quitter le parc. La route de gravier est en très mauvais état, on roule lentement pour ne rien casser dans le camion. Au bout de nombreux kilomètres, c’est la panne, le moteur se coupe !

C’est un peu la panique et on n’a pas de réseau. On imagine que ça peut être l’essence, heureusement, on a un bidon de 20 litres qu’on ajoute immédiatement. On ne démarre pas… L’huile est ok, la température est ok, on ne comprend pas… On arrête donc une voiture et au moment de rassembler nos affaires pour partir chercher de l’essence, dans la panique, Pierre-Adrien ne trouve pas son porte-feuille, on n’a donc pas d’argent. On explique au gentil couple qu’on n’a finalement pas besoin de leur coup de main… Ils repartent et bien sûr, Pierre-Adrien trouve son porte-feuille… 😀

Il décide de passer sous le camion pour voir si tout va bien, car on entend pas le bruit électrique du démarrage. Effectivement, les secousses sur la tôle ondulée ont débranché la pompe à injection !

On réussi à repartir, mais on n’a vu aucun bison. 🙁

Russel, Manitoba

Après cette nuit et cette journée éprouvante, on avait vraiment besoin de se poser dans un camping pour souffler. Par chance, à une centaine de kilomètres, il y avait un camping par donation proposé par la ville de Russel avec des prises de courant électrique et une station de vidange (eau payante) juste à côté. On s’est donc posé dans ce camping pendant quelques jours pour se reposer. Ca nous permettait aussi de patienter avant la date où on devait retrouver ma famille (Madeleine). Dans ce camping, nous avons fait la connaissance de Jim et Laurie Pierce, que nous reverrons en Colombie-Britannique 2 mois plus tard.

À Russel, nous n’étions qu’à 16 km de la Saskatchewan. On était tellement bien dans ce camping, qu’on a préféré y rester plus longtemps et ne pas aller à 4 parcs prévus au Saskatchewan : le parc national du Prince Albert, le parc provincial de Candle Lake, le parc provincial de Meadow Lake et le parc national des Prairies. Pour les 3 premiers, c’était une question de temps et de distance, on n’avait pas assez de temps pour aller si loin et faire tout ce qu’on voulait y faire, même si on ne s’était pas arrêtés à Russel aussi longtemps. Et pour le dernier, j’ai lu que c’était tout aussi agréable, voir moins caniculaire, de visiter ce parc en hiver. C’est sur notre liste pour un week-end quand on sera installés.

La Saskatchewan, les prairies du Canada

La Saskatchewan, c’est vraiment le pays plat et jaune, les prairies, des champs de culture à perte de vue avec quelques collines.

Le lac Little Manitou

On s’est arrêté dans cette station thermale au milieu de nul part pour l’eau du lac Little Manitou, la mer morte du Canada. Il n’y a rien de spectaculaire, ce n’est pas magnifique, mais c’était très agréable de se baigner dans une eau relativement chaude comparée aux eaux des Grands Lacs qu’on avait quitté en Ontario.

Regina

Après la pause baignade, on est allés en ville. À Regina, on a dormi au Centre de Science, où on a rencontré Milou sur la route, un couple de québécois parti en voyage autour des Amériques.

On venait à Regina pour le Musée de la police montée. Nous avons visité le musée un lundi, jour des « Graduations » des cadets de l’école de formation des policiers de la GRC (Gendarmerie Royal du Canada). On a donc pu assister à la Parade du Sergent Major en compagnie des familles des cadets. Cette parade est comprise dans la visite du musée avec un petit train qui vous emmène voir les bâtiments de l’école et explique son fonctionnement. C’était une visite très agréable, le musée est très bien construit. 😀

Nous étions à quelques jours de retrouver mes parents, mais nous avions quelques courses, lessives et réparations à faire sur le camion. On s’est arrêté une nuit dans un camping à Moose Jaw pour faire les lessives. À notre arrivée à Brooks en Alberta, un jour avant ma famille, on a trouvé un garage qui pouvait nous réparer notre fuite de liquide de direction, que nous avions depuis le début du voyage et diagnostiqué depuis le début des Prairies.

prairies

One thought to “Les Prairies : Manitoba et Saskatchewan”

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :