Toi & Moi aux Territoires du Nord-Ouest, Canada

Les Territoires du Nord-Ouest sont un vaste territoire de forêts, montagnes et toundra arctique, parsemées d’eau, dont le Grand Lac des Esclaves. Seulement deux routes permettent d’y accéder, une par la Colombie-Britannique et une par l’Alberta. Il y a environ 40 milles habitants dans ces territoires dont la moitié vit dans la capitale Yellowknife, au nord du Grand Lac des Esclaves.

Arriver aux Territoires du Nord-Ouest, c’est franchir la 60e parallèle. 🙂 Depuis l’Alberta, c’est bien indiqué à l’entrée et il y a même un arrêt pour dormir, boire un café ou un thé gratuitement et utiliser les toilettes aux heures d’ouvertures. 

Hay River

Notre premier point de chute dans les Territoires du Nord-Ouest était la ville de Hay River. C’est la plus grande ville (3 500 habitants) au sud du Grand Lac des Esclaves. Nous y avons passé plusieurs jours pour nous reposer après tant de route pour l’atteindre. On a trouvé un super endroit pour dormir au bord de la plage du lac. On a pu s’y baigner et passer une soirée avec un petit feu de bois flotté. 🙂

Le centre-ville avait tout le nécessaire pour y vivre et les maisons avaient l’air très confortables. Ça m’a un peu donné envie de vivre dans ce cadre avec le superbe lac et les plus belles forêts que j’ai vu. Il ne faisait déjà pas bien chaud en été, on n’imagine pas trop l’hiver. Mais c’est sûrement pour cela que les maisons étaient robustes.

Le parc national de Wood Buffalo

Le parc national de Wood Buffalo était vraiment une étape indispensable pour nous. Imaginez ! Ce parc est plus grand que la Suisse ! C’est le plus grand parc national du Canada et le deuxième plus grand parc national au monde, le premier étant le parc national du Nord-Est-du-Groenland. On y trouve le plus grand barrage de castors au monde et le plus grand troupeau de bisons des bois en liberté au monde. C’est aussi une réserve de ciel étoilé, la plus grande au Canada. Bref, un incontournable !

Il y a 270 kilomètres entre Hay River et la ville, Fort Smith, au bout de la seule route qui passe au nord du parc national. On a pris notre temps pour parcourir cette route en s’arrêtant pour voir une doline. C’est un grand trou formé par l’écroulement de rivières souterraines.

Ensuite, on a fait un petit crochet sur une piste de terre pour aller se promener sur les plaines salées, les seules au Canada. Elles témoignent de la présence d’une mer intérieure il y a 270 millions d’années.

Arrivée à Fort Smith, nous avons trouvé un endroit où dormir avec une vue magnifique sur la Slave River. Le lendemain, nous avons fait la route du retour et avons vu de nombreux bisons des bois. C’était très impressionnant, ce sont de très beaux animaux.

Yellowknife, capitale des Territoires du Nord-Ouest

Depuis Hay River, nous avons pris la route pour Yellowknife en essayant de la faire d’une seule traite. Il y a 481 kilomètres, dont une partie qui se situe dans une réserve naturelle pour les bisons des bois. Il faut aussi savoir que sur les 100 derniers kilomètres avant d’arriver à Yellowknife, il est difficile de rouler à plus de 70 kilomètres heure à cause de l’état de la route. Cette région du Canada est bâtie sur le pergélisol donc ça bouge, et la route n’est pas conçu pour bouger donc il y a beaucoup de trous et de bosses… Avec le VR, nous roulions en moyenne à 50 kilomètres heure.

Arrivée à Yellowknife en début de soirée, nous avons attendu le lendemain pour partir à la découverte de la ville. Nous nous sommes baladés autour des deux petits lacs qui se trouvent au cœur de la capitale. On est aussi allé se promener au bord du Grand Lac des Escales qui change totalement de paysage dans cette ville, où les habitants se sont installés sur l’eau avec des maisons flottantes. C’était magnifique ! 

La route qui mène à Yellowknife, s’arrête plus ou moins là, enfin 70 kilomètres plus loin. Après, elle devient une route privée qui mène à des mines de diamants encore en activités. Yellowknife, capitale des Territoires du Nord-Ouest, s’est construite sur l’or, mais elle a grandit grâce aux diamants. 

Une rencontre surprenante

Nous avons rencontré un jeune couple, comme nous en camping-car, qui avait décidé de monter à Yellowknife depuis la Nouvelle-Ecosse pour trouver du travail et s’installer. Leur projet était de vivre dans leur VR à l’année sur le lac. Il faut savoir qu’il fait -30 °C en hiver à Yellowknife.

Quand on les a rencontrés, ils refaisaient l’isolation en ajoutant plusieurs couches isolantes sur le corps du camping-car. Ils ont même installé un poêle à bois dans le VR. Ils attendaient l’hiver pour se garer sur le lac gelé et y vivre. Durant l’hiver, ils prévoient de construire un radeau de fortune et transformer leur camping-car en maison flottante. Un projet fou, qui nous a fait rêver.

Quitter Yellowknife et les Territoires du Nord-Ouest

On a vraiment eu un coup de cœur pour cette petite ville au milieu de nul part, on s’est longtemps questionné sur l’éventualité de vivre là. Au moment de partir, je n’étais vraiment pas bien. On ne voulait pas partir, mais il fallait qu’on continue la route, et on avait tellement de route à faire pour rejoindre notre prochaine destination. C’était le plus gros problème quand on envisageait de vivre à Yellowknife, c’est tellement loin de tout. On est obligé de prendre un avion dès qu’on veut aller ailleurs.

Sur la route du retour, au bout de quelques kilomètres, Pierre-Adrien s’est garé sans prévenir et a coupé le moteur. Il est parti au fond du camion, à relancer la musique qui passait à ce moment là et s’est agenouillé devant moi entre les deux sièges du camping-car. Il tenait une bague d’un jouet Kinder Surprise qu’on avait eu en Thaïlande il y un an. C’est comme ça qu’il m’a demandé en mariage le 08 août 2019. J’ai bien entendu dis oui ! 😀 Le temps s’est presque arrêté pendant toute la durée de notre séjour à Yellowknife, c’était un moment parfait.

Le soir même, on a conduit jusqu’à la 60e parallèle pour y passer la nuit. Pierre-Adrien a conduit trois jours d’affilés pour revenir à Edmonton, soit 1500 km, puis on est repassé par Calgary avant de partir dans les Rocheuses

One thought to “Les Territoires du Nord-Ouest au Canada”

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :